HOME PAGE       CAMELEON RECORDS

Bonjour , bienvenue chez CAMELEON RECORDS, division de VINYL VIDI VICI RECORDS, le but étant de represser
des vinyles déjà édités mais introuvables ou trop onéreux. Punk, hard, garage, new-wave, folk, soul, seule l'écoute prédomine
dans le choix.

Hello, welcome to Cameleon Records, a division of VinylVidiVici Rds, whose goal is to reissue previously published LPs , but not found or too expensive. Punk, hard, garage, new wave, soul, folk .... just listen dominant in the choice.

SOLD OUT / ÉPUISÉ

Egalement présents sur la compilation  THESAURUS VOLUME 2


30ème référence, WC3. 

Ce disque a été pilonné juste après son pressage en 1981 par CBS, seuls existent 5 exemplaires connus. La maison de disques craignait des problèmes avec la marque de médicament Valium.
Réédition 300 copies, la pochette est plus rouge que l'originale et une surprise vous attend mon ami (e)......

 

"Printemps 1978, St Quentin , Aisne (haine ?) ,le groupe A TROIS DANS LES WC vient de se former aprés un concert punk : RENO : chant , JANINE : claviers , ERIC : basse , GGN : Batterie et JEANNOT : guitare, pratiquent un punk rock plein de claviers et de distorsion , on pense au Velvet Underground, à Devo, aux Stranglers . Attiré par le vacarme, Ludo, un organisateur de concerts, leur propose d 'ouvrir un festival de rock où se produiront Bijou, Starshooter, Telephone etc... Des graffitis envahissent le ville " A3 dans les waters vous dilatent les sphincters""A3 dans les WC : scato punk !"

 

               

C'est ainsi que A 3 dans les WC feront leur premier concert devant 3000 personnes au Festival de Lesdins dans la périphérie de St Quentin. Le lendemain presse et radio ne parle que d "A3 DANS LES WC "provocateur et original" . Fin 78, Ludo devient leur manager, ils autoproduisent leur premier single : CONTAGION / CHIC-CHOC , participent à la première compilation punk francaise : " 125 grammes de 33 tours " en compagnie de Strychnine , Décharge... Ils virent le guitariste (trop barré), donnent des concerts killers qui se terminent en triomphe ou en bagarre générale. Libération (RKK), Europe 1 (Maneval), Best, Rock & Folk, Charlie Hebdo (Berroyer) relaient le buzz et les maison de disques viennent les renifler.

Début 80 ils signent avec CBS grace à Patrice Fabien qui réalisera leurs deux prochains disques , ils se rebaptisent WC3 enregistrent un single : CAPTAIN VALIUM censuré et pilonné, et un maxi 6 titres : POUPEE BE BOP, mini tube qui leur permettra d'apparaitre en télé et en radio, ils écument les salles du nord, jouent au Rose Bonbon. En 82 ils sortent l'album MODERNE MUSIQUE et le single : "Dernier baiser du vautour ",ils enregistrent live pour l'émission de TV :" l'Echo des bananes ", remplacent le batteur (en crise de foi) par une boite à rythmes, partent en tournée , scandalisent le Palace en virant a coup de guitares le groupe anglais dont il faisaient la première partie, se font interdire de sejour en Suisse, acclamer en Belgique et au Bataclan au concert de soutient à Frequence Gaie, en 83 ils électrisent les festivals, jouent avec les Lords of the New Church, enregistrent avec l' ingénieur de Bashung (Mitch Olivier) des reprises de David Lynch (In Heaven de Eraserhead ), des Stones de Their Satanic Majesties dans un album au concept diabolique. Ils s'autodétruisent en 1984 avec la disparition de JANINE à la première date de leur tournée aprés la sortie de leur album le plus abouti et le plus sulfureux "LA MACHINE INFERNALE".

 

 

VERSO RÉÉDITION

 

 

 

Interview de Stéphane Dévé, Tendances Positives , fanzine de Caen , 23 mars 1984.

T+ : A 3 dans les WC, un nom pas trop commercial d'après CBS...

Jeannine : Je pense qu'au départ, ils ont pensé le contraire car ils nous ont signé.

T+ : peux-tu expliquer comment ça c'est fait ? Jeannine : c'est très simple, on a envoyé une maquette à toutes les maison de disques, et c'est CBS qui nous a retenus.

T+ : au début vous étiez 5, et maintenant vous ètes réduit à 3 ...

Jeannine : on avait un autre guitariste qui est parti au bout de trois mois, ensuite on s'est retrouvé à quatre et le batteur s'est cassé juste après Moderne Musique.

T+ : chez les mormons ?

Jeannine : chez les mormons. Il a eu une révélation !

T+ : maintenant en 84, il y a La Machine Infernale ...

Jeannine : oui, en fait on a l'esprit assez visionnaire, La Machine Infernale est notre symbole : sexe et mort. Nous on prend le pouvoir par le sexe. La Machine Infernale, c'est aussi notre Line Computer, ce que l'on a vécu. Les autres albums étaient des retranscriptions de ce que l'on pensait, La Machine, elle est la retranscription de ce que l'on vit. Au début les WC racontaient des fantasmes, des histoires non vécues. Par contre La Machine Infernale, c'est plein de choses dont on s'est débarassé. On y a tout mis avec notre sensibilité, avec notre brutalité. Les WC c'est une ambiance, on essaye de transmettre aux gens ce que l'on ressent.

T+ : les textes c'est Renaud qui les écrits ?

Jeannine : oui, mais c'est vécu au départ, c'est un peu tout le monde qui les créent. En fait, ce n'est pas que son trip.

T+ : les gens ici, c'est quoi ?

Jeannine : le nord c'est le travail, les zombies, c'est très machines. Quand tu vas chez moi, c'est machines, j'ai vécue toute mon enfance dans une ambiance de machines d'engrenages, de mécanique. C'est très marrant d'en arriver là, à La Machine Infernale, c'est le hasard. Mais moi, j'ai toujours vécu là-dedans; j'ai des souvenirs d'odeurs, de merde, je ne pouvais pas aller aux chiottes après mon père, ça puait trop l'odeur de l'huile, de la mécanique..., ça m'est toujours resté ! (rires)

T+ : et la formation du groupe?

Jeannine : j'ai rencontré les WC à un concert de Starshooter, enfin, ce sont eux qui se sont rencontrés, moi je n'y été pas ... disons que j'y étais,...en esprit. Après ce concert, on a senti qu'il fallait faire quelque chose, c'était juste après 77, on avait l'impression que c'était simple et marrant, on voulait faire une musique qui nous soit propre. Et il y a eut des reprises, les élucubrations d' Antoine par exemple, ...qu'on avait surnommé les électrocubrations bip-bip. C' était la période punk, il y avait eut cet aspect robotisation/éléctronique/mécanique de la période Kraftwerk, et qui a d'ailleurs disparue. Maintenant c'est tout le contraire, on en revient au côté barbare, complètement terre à terre de la chose. On est passé d'un extrême à l'autre en quelques années. On entend parler de "rock gothique", de "trash rock", ...

   

T+ : dans un article de 80, on parle de vous comme étant un petit groupe punk, le punk vous a-t-il influencé à vos début?

Jeannine : ah! nos influences.... c'est difficile à dire, autant influences musicales que littéraires. Regardes Bowie, il évolue constamment, c'est ce qu'il faut, il faut savoir se remettre en question!

T+ : quand on compare Poupée BeBop à Gazoline, on sent un changement de son, une évolution...

Jeannine : Il y a plusieurs phénomènes explicatifs, on a plus de matériel, on a enregistré dans un studio 24 pistes, on a eu beaucoup plus de moyens, et, on a aussi progressé, on a enfin trouvé un son, notre son.

T+ : vous répétez où ?

Jeannine : à Paris, au studio Parisien, là où répète aussi Kas Product, Johnny Thunders, ainsi que les autres groupes qui joueront à Bourges. On passera le 5 avril et on sera filmé par Maneval pour son second Méga-fun.

T+ : avec les TV, ça se passe bien?

Jeannine : on a fait une vidéo régionnale pour FR3 Amiens sur 2 titres : In Heaven et 2000 sex years from home.

T+ : dans In Heaven, on vous entend vous fendre la gueule...

Jeannine : oui, ça a un côté très cynique, quand les WC se marre ça devient brutal. En fait, Eric chante très sérieux son truc : In Heaven Everything Is Fine, nous on arrive petit à petit, on se moque de lui, en fait ce n'est pas de lui, mais de ce qu'il chante, de cette naïveté. On pourrait dédier cette chanson à notre ancien batteur...

T+ : Jean-Christophe est parti chez les mormons et ensuite il y a eut  Abel, maintenant une linn...

Jeannine : un computer de batterie ça nous tentait plus, ça n'a rien à voir avec une simple batterie, tu peux apporter un feeling, une personnalisation complètement différente par rapport à un batteur. Et le dernier batteur n'apportait rien à notre musique. Il se contentait de jouer!

T+ : Perfect Zebras, ça ne te rappelle pas des souvenirs ?

Jeannine : Perfect Zebras, ce sont de sombres petits cons d'anglais chauvinistes !!! On faisait leur première partie au Palace, ils nous ont saboté notre balance, ont arraché les câbles... Résultat, plein de larsen, on ne s'entendait pas. On ne pouvait pas expliquer ça au public, alors Eric l'a fait comprendre en descendant leur batterie Simmons, on ne pouvait faire que ça !

 

T+ : ensuite, vous avez eu des ennuis...

Jeannine : oui, avec la maison de disque et la maison d'édition qui ont dû rembouser sans chercher à comprendre... de toute façon, les maisons de disque ne sont plus dans le coup, quand tu penses qu'un groupe qui sort un 33t, ne sort pas de vidéo à côté, c'est une grossière erreur !

T+ : 2000 lights years from home, vous n'êtes pas le seul groupe à l'avoir repris cette année?

Jeannine : c'est un hasard, comme quoi on est toujours conditionné par quelque chose. On a écouté les Stones, tout leurs albums y sont passés, puis on s'est dit : si on reprenait un de leurs morceaux ? Celui là s'intégrait bien avec nos textes. Au départ, il s'appellait 2000 lights years from home, on a un peu changé le nom en l'appelant  2000 sex years from home. Je ne sais pas comment on pourrait le traduire en fait, ce n'est pas tellement traduisible. T'es à 2000 années sex de chez toi...t'imagine ce que ça peu donner ???...

T+ : Renaud donne aussi dans la BD

Jeannine : ah oui! Renaud fait des scénarios de BD avec une amie des WC, Valérie, qui fait les dessins, de très beaux dessins d'ailleurs. Cette BD va sortir dans un ou deux mois sous le nom de Herpès,... t'imagine le genre de truc ! Ils l'ont vendu à Métal Hurlant.

T+ : Renaud a toujours été influencé par la BD dans ses textes...

Jeannine : la BD est tellement liée au rock, on a tous une culture de kids, on est jeune, on est jeune ! (rires). C'est ça qui est bien, et ça n'existe pas avant, la culture est de plus en plus axée sur la jeunesse, regardes la BD à la télé. Au niveau des paroles, ça se ressent énormément.

T+ : et toi, tu n'en fais pas?

Jeannine : ah non ! Je ne sais pas dessiner. A la rigueur faire des textes,...enfin, on verra.

T+ : tes parents, comment ont-ils réagi lorsqu'ils ont su que tu faisais du rock ?

Jeannine : mes parents n'ont jamais réagi à ce que je faisais. Bon déjà c'est réglé ! Ils s'en foutent royalement. J'ai toujours passé plus de temps à leur donner une éducation qu'eux n'en ont passé à m'en donner une !!! Les parents de Renaud, par contre ont très bien réagi. Il a déja deux frères dans le milieu artistique (famille d'artistes). Et puis pour Eric, ses parents s'en foutent aussi. Je n'ai pas de conflits avec mes parents à part l'éternelle question : - mais qu'est-ce que tu vas devenir ?

T+ : ton avenir, tu le vois comment?

Jeannine : je ne sais pas, je vis le présent de toute façon, je suis optimiste, j'ai envie de faire plein de choses, on n'a pas envie de stagner dans notre musique, l'expression c'est aussi les vidéos, les images. Une bonne chose, on fait ça à plein temps.

T+ : tu en vis bien?

Jeannine : non, on en vis pas bien, enfin, si, mais pas financièrement, autrement on en vit bien. On est libre, libre de ce que l'on fait.

T+ : mais justement, CBS ne vous influence-t-il pas sur le plan musical, Captain Valium qui devient Poupée BeBop?

Jeannine : disons que c'est évident qu'ils t'influencent quelque part, parce qu'il faut faire quelque chose de commercial. Mais, faire quelque chose de commercial, ça n'a pas qu'un côté négatif, c'est essayer d'être attentif à ce que demande le public, et de le leur apporter. Nous on a envie de faire ça, mais en apportant en plus une touche personnelle. Tiens, prends la publicité, c'est l'optique commerciale pure, mais tu as des choses dans la pub qui sont super ! des choses qui expriment plein de trucs. C'est un langage nouveau,...Mais il ne faut pas tomber dans ce que l'on appelle la soupe, car, si ça n'apporte rien, ça n'a pas d'intérêt.

T+ : les WC sont-ils conscients d'apporter quelque chose au rock?

Jeannine : je crois sincèrement qu'on lui apporte quelque chose. Que l'on apporte quelque chose à la vie en général, on n'est pas des révolutionnaires, simplement des transgresseurs ! On veut séduire les gens...

T+ : et vous y arrivez !!! Salut et merci Jeannine.

Jeannine : YAK ! YAK!

Vous voulez en savoir vraiment plus ? Voici le site qu'il vous faut !

LE 45TOURS EST SOLD OUT / ÉPUISÉ

 

 

LABELS ORIGINAUX

 

 

LABELS RÉÉDITION


Si vous avez des documents et des renseignements supplémentaires à fournir, veuillez me contacter ici Contact  Merci !

Le site de A Trois Dans Les WC        Egalement présents sur la compilation THESAURUS VOLUME 2

SOLD OUT / ÉPUISÉ


Ask me questions for others orders or options , distribution....

Contact for orders & Wholesale prices

HOME PAGE     CAMELEON RECORDS   MEMOIRE NEUVE